Voyages et aventures intérieures

 « Voyager, c’est apporter sa lumière là où l’on va et rapporter chez soi celle des lieux que l’on a visité. »

 

Née au début des années 60, j’ai profité de ce que les différentes « r(ê)volutions » de cette décennie ont permis aux femmes occidentales d’acquérir en terme d’émancipation : la possibilité de s’assumer sur tous les plans et de partir explorer le monde.

Poussée par l’envie d’ailleurs, je décide de faire des études de commerce international et de quitter la France le diplôme en poche. Depuis très jeune, je rêvais de découvrir de nouveaux horizons. Je ne me doutais absolument pas que je me dirigeais vers un chemin de Connaissance, une expérimentation des corps physique et subtil.

Après avoir vibré au rythme cosmopolite de Londres, j’ai goûté à la douceur de l’art de vie espagnol. Et c’est en vivant en Andalousie que je découvre différentes spiritualités, moi qui avais été élevée dans le dogme religieux catholique.

Vivre à l’étranger a participé à déconditionner culture, croyances et éducation pour enraciner en moi, et sur différents niveaux, ce que ma nature profonde m’incitait à devenir. En premier, sur le plan physique, la prise en charge de ma santé et l’ancrage dans la réalité. Puis, au niveau émotionnel, une meilleure relation avec moi-même et avec les autres. Ensuite, sur le plan mental, l‘étude de nouvelles philosophies. Et enfin, sur le plan spirituel, le lien au sacré.

Par ailleurs, descendante de corsaires et de conquistadors, découvrir les terres de mes ancêtres, du Pacifique à l’Océan Indien, m’a donné la possibilité de prendre conscience des empreintes laissées par l’esprit de conquête de la colonisation. Empreintes que je portais en moi et qu’en visitant ces lieux, j’ai pu reconnaître et abandonner.

Enfin, dans le cadre d’un enseignement chamanique depuis 14 ans, j’ai visité des sites sacrés porteurs d’une énergie qui rentre en résonance avec le corps énergétique et active la mémoire cellulaire. Avec une préparation adéquate, ces lieux de pouvoir font resurgir une sagesse enfouie au plus profond de soi.

Lorsque la femme d’âge mûr que je suis pose un regard sur le chemin parcouru, je réalise que lorsque j’ai contrôlé ou « raisonné », j’ai piétiné. Par contre, lorsque j’ai laissé « résonner » en moi, j’ai trouvé l’énergie pour me mettre en route. Pourquoi ai-je suivi ce chemin? Je ne sais pas… Mon âme, elle, le sait et c’est ce qui compte.

Claire J-M

 

(Article paru dans la Rubrique « Rêve d’une Femme » du No. 32 (Automne 2013) du magazine Rêve de Femmes).